samedi 16 mai 2009

Sur CSP un avis au sujet du crétin formois Oreslan apologiste de la violence domestique contre les femmes

Thierry-CSP - militant LCR-NPA - prend la défense (partielle) de l'abruti qui préconise la violence contre les femmes.

samedi 16 mai 2009

Ben moi, j'aime bien Orelsan


Je lui réponds sur son blog CSP.


J'ai trouvé le lien du rap donné par Floréal et signé Moi j’suis cap ! réponse de la rappeuse au rappeur ICI
1er rap de Pitbulle !


Si je bloquais sur les ultra-féministes castratrices des années 70 - qui n'étaient qu'une variété agressive de formoises qui pratiquaient un lobbyisme hétérophobe - pour le reste, entre le crétin formois fils d'enseignant Orelsan et le camp féministe, mon choix est fait.

Je pratiquerai, en 1973 (ou en 1933) , une défense commune avec le BETAR contre les abrutis fascistes (défense commune <> front commun)
Ici, idem, entre le camp des cogneurs de femmes et celui de leurs adversaires, je n'ai pas à réféchir longtemps.
Idem pour les cogneurs d'enfants de moins de 7 ans dont je préconise la caractérisation judiridique de "crime".
Ce qui leur arrivera après la révolution.

Idem pour le procureur qui a osé nous convoquer Julie Amadis et moi suite à la plainte en diffamation de deux barbares qui étaient dérangées par l'affichage de leur nom sur Internet.

Tous les noms de cogneurs de femmes, des cogneurs d'enfants doivent être publiés sur Internet par les témoins et les victimes (en signant de leurs noms véritables : on n'est pas à Venise ni "en Vichy 40".)
la brutte soutient la brute
Quant au procureur qui a osé nous convoquer dans un commissariat de police, qu'il sache bien que celles qui ont cogné Kévin, Luciano et Houssine, elles seront condamnées après la révolution !

Et que, lui aussi, il sera condamné pour sa complicité ACTIVE !

Convoquer un témoin pour tenter de l'impressionner par une inculpation imaginaire (nous n'avons plus de nouvelles depuis juin 2008) est un acte DELICTUEUX que la révolution inscrira de façon RETROACTIVE dans ses textes juridiques.

Quant à l'abruti Orelsan, il lui pend au bout du nez une inculpation à venir pour incitation à actes barbares.
Il suffit qu'un cogneur de femme en vienne à utiliser comme argument justificatoire le fait d'être un fan d'Orelsan et le délit sera constitué !

Les violences domestiques sont une barbarie que la révolution fera cesser !
Même si les cogneurs doivent recevoir les méthodes les plus médiévales d'exposition publique !


====

En réponse au lien que j'ai mis sur son blog la prétendue "féministe" Floréal-Lory s'est cru autorisée à me répondre impoliement :

Pour l"ancien militant du MLAC (Wiki) que je suis - y ayant milité avant même d'être formellement militant LCR -, pour le militant féministe que je suis - depuis 1973 sur le plan politique, mais probablement dès l'âge de 15 ans quand j'incitais ma mère à prendre le large et à quitter mon père machiste - cette réponse de Floréal-Lory apparait comme ayant quitté les rivages de la politique :


floreal dit :

@ Toutain

Qu’est-ce que vous voulez que ça me foute, ce que pratique CSP envers vos “positions”? Et puis vous vous croyez peut-etre aussi sorti du cuissot de Jupiter, pour avoir certaines prétentions plus absurdes qu’ineffables?
Un bon conseil humaniste: inscrivez-vous à la maternelle… quoi que la nursery, c’est peut-etre mieux pour vous.

et sur un autre texte


floreal dit :

Ah ouais? Bein y en a qu’on un Toutunkamion, CSP il a un Toutunkékon. On a ce qu’on mérite, au bout du compte.


Je crois qu'à ce stade, nous ne sommes plus au stade des Psy et Po des années 70, ni même des hétérophobles castratrices des USA de la même époque.
Non, cela a un nom bien précis.
C'est la pathologie des vieilles aigries - ex "dominantes" manipulatrices au pouvoir déclinant. A défaut de terminologie équivalente au néologisme plus scientifique qu'il faudra trouver, cela a, néanmoins, un nom : la chieuserie.
Si elle n'est pas l'apanage des femmes (il y a des chieurs), cette façon d'agresser le quidam aimable et arrangeant est un pur sous-produit pathologique de l'oppression des femmes des années 70.
L'ex agressée devient agresseur.
Mais cette chieuserie est aussi le sous-produit de ce "prétendu féminisme" formois que j'eus l'occasion de critiquer ailleurs : ce "féminisme" de classe exploiteuse qui privilégiait les groupes de conscience à l'intervention en faveur des femmes des usines - sans parler des femmes d'Afrique.
Ce féminisme des profs et des beau quartier qui refusait de se battre pour que l'IVG soit accessible à toutes les femmes dans les structures hospitalières.
Ce "féminisme" formois réformiste qui renvoyait à un futur lointain cette bagarre et cette victoire.
Des quincagénaires chieuses de cet acabit trainent encore dans les eaux du NPA : elles braillent leur 1500 euros par mois pendant que les femmes d'Afrique voient UN BEBE SUR DIX qu'elles ont porté mourir avant l'âge de un an.

Tout est dit !

===

Je poste ce texte sur le blog de CSP accompagné d'un petit chapeau :

Il arrive que je me trompe : c'est le cas pour mon absurde défense de cette "Floréal-Lory".
Il est vrai que je partais avec handicap : une troisème lecture du débat m'a permis de comprendre que vous aviez effacé ses messages avant le message CSP où vous annonciez que vous alliez ne plus les publier.
Il est vrai que c'est un problème : comment expliquer aux autres le pourquoi d'effacement de messages sans montrer le contenu de ces messages ?
J'ai, moi aussi, le problème : Je suis harcelé par un "jeune ?" relativiste hésitant qui alterne insultes ad hominem les plus violents aux "cordialement" les plus hypocrites.
Je le validais au début - étant opposé à toute censure.
Je ne valide plus ses commentaires au sens habituel du terme : tant qu'il restera anonyme et qu'il ne s'excusera pas d'être aller chercher dans les poubelles du site NOTE2BE des immondices (immondices produits par des profs qui se déguisaient en lycéens crétins pour marivauder anonymement et dont je demandais l'interdiction au gestionnaire (UMP) du site NOTE2BE).

Quand j'ai le temps, j'ajoute - à sa page - les commentaires de cet anonyme ADORIEN. Le lecteur pourra le lire, Google - si cette page ne tombe pas dans la censure délirante actuelle de Google - pourra même le référencer.
Mais cet anonyme insulteur fouilleur de poubelles ne pourra plus - tant qu'il persistera dans ses non-excuses - venir parasiter anonymement - sans conséquences pour son avenir médiatique télématique - mon blog.
Comme la rédemption existe et qu'il est jeune - j'ai connu un "Ordre Nouveau" devenir trotskyste - je ne peux exclure qu'il change son fusil d'épaule. Mais mes 60 à 80 lecteurs quotidiens n'ont pas à subir ses élucubrations et ses sautes d'humeur insultantes : il leur suffit de mettre "sa" page en favori s'ils souhaitent le lire ici.

====


EN COMPLEMENT : Un florilège des textes de l'abruti trouvé sur le site Elu/es Contre les Violences faites aux Femmes » (ECVF)

"Il a beaucoup été question, dans la presse, de l’une des chansons de ce chanteur, « Sale Pute », dont vous avez sans doute déjà pu apprécier les paroles. Les programmateurs semblent ne pas comprendre les raisons pour lesquelles la présence de ce chanteur dans des salles financées par des institutions publiques pose problème. Ainsi, il est répondu que la chanson incriminée, « Sale Pute », ne fait pas partie de l’album d’Orelsan et qu’il ne la chante plus sur scène. Cela devrait suffire…, mais à la seule condition d’oublier l’existence de « Suce ma bite pour la Saint-Valentin » qui n’a rien à envier à « Sale Pute » :

Suce ma bite pour la Saint-Valentin (extraits) (…) (Mais ferme ta gueule) ou tu vas t’faire marie-trintigner / J’te l’dis gentiment, j’suis pas là pour faire de sentiments / J’suis là pour te mettre 21 centimètres / Tu seras ma petite chienne et je serai ton gentil maître

(…) Excuse-moi miss, laisse-moi dégrader tes p’tites fesses

(…) J’bois, baise, jusqu’à c’que t’en sois mal en point

(...) J’aime pas celles qui avalent, j’aime celles qui font des gargarismes / Celles qui ont su rester enfants, j’les soutiens dans leur combat d’femmes / Vis le sexe comme un conte de fées, depuis qu’j’ai mon BAFA / J’respecte les shneks avec un QI en déficit / Celles qui encaissent jusqu’à finir handicapées physiques

(...) Viens bébé on va tester mes nouvelles MST !

Si cette chanson ne fait pas partie de son album, nous ne savons pas s’il la chante toujours sur scène ou non. Quant à ses autres chansons, nombre d’entre elles sont du même acabit que « Sale Pute » qui est loin d’être la seule chanson indéfendable de ce chanteur. En voici quelques extraits pour que vous puissiez vous en faire une opinion personnelle.

Etoiles invisibles : C’est pas en insultant les meufs dans mes r’frains que je deviendrais quelqu’un mais j’aime bien.

Sous influence : J’rêve de péter les dents d’l’autre pétasse des Pussycat Dolls

Changement : Maintenant les meufs portent du Vuitton, des grosses lunettes dorées / Avant c’était qu’pour les vieilles putes blondes décolorées / Les gars s’habillent comme des meufs et les meufs comme des chiennes / Elles kiffent les mecs effeminés comme si elles étaient lesbiennes

Différent : J’finirais par acheter ma femme en Malaisie / Les putes à blog sont plus bonnes en photos qu’dans la vrai vie / Nan, j’suis pas un produits marketing / J’suis sensible, j’me sens sale après avoir été voir les filles

(...) Renseigne toi sur les pansements et les poussettes / J’peux t’faire un enfant et te casser l’nez sur un coup de tête / Poulette pourquoi tu veux pas sortir avec moi ? / J’adore passer par les p’tits trous j’adore me sentir à l’étroit

Courez courez : Petite, essaie pas de me fréquenter / Ou tu va perdre ton pucelage avant d’avoir perdu tes dents de lait

(...) J’suis pour de vrai de vrai, j’dis c’que j’pense, j’pense c’que j’dis / Tout ce que j’écris c’est du premier degré, hé !

(...) Les féministes me persécutent, me prennent pour Belzebuth / Comme si c’était d’ma faute si les meufs c’est des putes / Elles ont qu’à arrêter de d’se faire péter l’uc / Et m’dire merci parce que j’les éduque, j’leur apprend des vrais trucs

Des fois j’sais plus si j’suis misogyne ou si c’est ironique / j’serai peut-être fixé quand j’arrêterais d’écrire des textes où j’frappe ma p’tite copine / Tous les jours mon boss menace d’me virer d’mon taf / ma voisine me casse les couilles alors j’menace de tuer son chat

(...) Cherche pas, la mienne est plus grosse que la tienne ! / J’parle de la chienne que j’ai fait aboyer la veille / J’me rappelle plus de sa tête, j’sais juste qu’elle était dégueulasse / J’ai mal au dos j’ai dormi par terre, parce qu’elle prenait 2 places"


1 commentaire:

Ninkasi a dit…

Au delà de la polémique sur le titre Sales Putes, Orelsan a du talent et sera en concert à Lyon le samedi 23 mai prochain, au Kao.
Pour ceux qui ne connaissent le personnage que par la chanson qui fait polémique, deux titres sont en écoute ici:
http://kao-konnection.blogspot.com/2009/05/samedi-23-mai-orelsan-bless-yace-grow.html